Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Résultats de 1 à 10 sur 24

Sujet : PT : Le deuil de l'enfant et l'éducation nationale

  1. #1
    Inscrit
    février 2014
    Messages
    6

    Par défaut PT : Le deuil de l'enfant et l'éducation nationale

    Bonjour à tous,
    Je suis en 2ème année de licence de psychologie et je réalise un projet tutoré sur le lien entre : actions à mener par l'Education Nationale, autour de la fin de vie, de la mort et du deuil, auprès des élèves de la primaire au lycée, et le deuil des enfants touchés par la mort d'un proche.
    je trouve très peu de lecture sur le thème du deuil et notamment le deuil à l'école. Pourriez-vous m'indiquer des lectures ?

    Merci d'avance pour votre réponse

  2. #2
    Inscrit
    juin 2010
    Messages
    625

    Par défaut

    Tapez "deuil chez l'enfant" sur Google et allez piocher.
    http://www.dialogueetsolidarite.asso.fr vous donne une liste de livres, mais il y a plein d'autres sites.
    Revue Etudes sur la mort.
    Centre François-Xavier Bagnoud, porte de Montreuil côté Montreuil (93). Contre une quote part de 5E, vous avez accès à leur bibliothèque abondamment pourvue en ouvrages sur le deuil, la mort, la fin de vie. Et ils vous renseignent.

  3. #3
    Inscrit
    février 2014
    Messages
    6

    Par défaut

    Citation Envoyé par Opale Voir le message
    Tapez "deuil chez l'enfant" sur Google et allez piocher.
    http://www.dialogueetsolidarite.asso.fr vous donne une liste de livres, mais il y a plein d'autres sites.
    Revue Etudes sur la mort.
    Centre François-Xavier Bagnoud, porte de Montreuil côté Montreuil (93). Contre une quote part de 5E, vous avez accès à leur bibliothèque abondamment pourvue en ouvrages sur le deuil, la mort, la fin de vie. Et ils vous renseignent.
    Merci de m'avoir répondu,
    j'ai en effet beaucoup de lectures sur la mort, la fin de vie et le deuil chez l'enfant, mais vraiment très peu sur le thème du deuil à l'école, pour cause la mort ne fait pas partie des enseignements de l'éducation nationale, à titre de prévention, de sensibilisation ou d'éducation. C'est donc ce thème que je souhaite aborder mais je ne trouve pas d'ouvrage !

    Merci d'avance pour vos réponses

  4. #4
    Inscrit
    juin 2010
    Messages
    625

    Par défaut

    Citation Envoyé par martvas Voir le message
    thème du deuil à l'école... C'est donc ce thème que je souhaite aborder mais je ne trouve pas d'ouvrage !
    Encore une fois, contactez le centre FX Bagnoud. Si vous ne pouvez pas y aller, téléphonez : ils renseignent par téléphone. De mémoire, ils peuvent communiquer une liste (impressionnante) de leurs ouvrages. Ils sont serviables et aimables.

  5. #5
    Inscrit
    février 2014
    Messages
    6

    Par défaut

    Merci beaucoup de ce conseil, je vais donc les appeler demain.
    Encore merci

  6. #6
    Inscrit
    juillet 2010
    Localisation
    Saint-Pierre (974)
    Messages
    675

    Par défaut

    Comme vous le signalait Opale il existe de nombreux ouvrages sur la mort. Cependant j'ai du mal à voir quel est le lien que vous pouvez faire entre les missions de l'Education Nationale et le deuil d'un proche?? En effet il ne me semble pas que cette thématique aie a voir avec l'école. L'école est censée apporter l'instruction (transmettre des connaissances) et transmettre les valeurs de la République: égalité, fraternité, savoir vivre ensemble, respect.... Le deuil n'est à ce sens pas une valeur républicaine. Peut-être n'en parle-t-on pas à l'école tout simplement parce que ça n'est pas le lieu pour ça...

    A ma connaissance le seul moment ou l'école parle de la mort et s'interresse à la question du deuil est lors d'évenements potentiellements traumatiques: suicides dans l'établissement, décès d'un élève, situations de prise d'otages... Dans ces situations l'inspection académique peut faire appel aux fameuses "cellules psychologiques" qui font des interventions ponctuelles, relayées parfois par le psychologue scolaire ou le COPsy de l'établissement concerné. Pour des infos la dessus vous pouvez contacter le rectorat de votre circonscription et les IEN en charge de ce ces questions.

  7. #7
    Inscrit
    février 2014
    Messages
    6

    Par défaut

    L'école a aussi un rôle éducatif et au même titre que les actions qu'elle mène pour la promotion de la santé et le bien-être des élèves (lutte contre la violence, les addictions, le surpoids, le harcèlement ...), l'école pourrait éduquer les enfants aux questions de la perte, de la séparation, de la fin de vie et même aider les élèves à être réceptifs aux apprentissages (le deuil, la perte peut s'avérer être un obstacle à ceux-ci). Le CNDR (merci Opale) m'a fourni des références d'ouvrages délivrant des données scientifiques faisant état de l'importance du nombre d'enfants et d'adolescents confrontés à la mort et au deuil (en moyenne 1 élève par classe n'a plus de père et/ou de mère). Par ailleurs, ces thèmes font déjà partie de certains cursus (BAC Pro "Accompagnement, soins et services à la personne et enseignements d'exploration") ou sont intégrés dans le cadre de questions plus vastes (le cycle de vie) ou en opposition à des questions sur le thème de la vie.
    Enfin, voilà un peu les idées qui me viennent à l'esprit.
    Merci pour cette discussion enrichissante pour moi.
    Dernière édition par martvas; 28/02/2014 à 23h35

  8. #8
    Inscrit
    décembre 2013
    Localisation
    Annecy
    Messages
    1 132

    Par défaut

    Je ne sais pas si c'est vraiment le bon endroit pour parler de ça mais j'aimerais bien avoir vos conseils. Dans une de mes écoles, nous avons un petit garçon de 9 ans atteint d'un cancer depuis deux ans et demi. Il se pourrait bien qu'il ne soit plus vivant à la fin des vacances (qui débutent ce soir). On me demande de venir faire parler ses camarades de classe le jour où ils apprendront son décès.

    Je ne suis pas à l'aise avec ce genre de demande, n'ayant pas été vraiment formée au débriefing, en tous cas, pas assez et ça fait trop longtemps.


    Que me conseillez-vous ?

  9. #9
    Inscrit
    juin 2010
    Messages
    625

    Par défaut

    En effet, comme le dit Mathieu, l'école se focalise sur un événement qui est spectaculaire, qui a un impact sur le groupe et qui ne se passe pas dans la sphère privée, mais au contraire sur la place publique : le deuil post-traumatique (syndrome traumatique + deuil). Mais, comme chacun sait, le deuil n'est pas a priori traumatique, mais un processus normal que l'être humain traverse pour intégrer une perte (humaine, matérielle, idéal) - je parle ici de ce qui se déroule "normalement". Et les capacités physiques, sociales, psychiques et cognitives de l'individu sont affectées durant le temps de cette traversée. Cependant, l'échec scolaire n'est pas au 1er plan pour l'enfant en deuil, contrairement à l'enfant dont les parents divorcent. (Ce dernier point paraît un peu curieux, au vu de la banalisation de la famille recomposée : peut-être de plus récentes études contredisent-elles ?) Mais si l'école s'intéresse à l'obésité, pourquoi pas à la perte ? Cela aurait ceci de positif : la souffrance de l'enfant passe souvent inaperçue au sein de la famille.
    Un bémol, cependant : je ne pense pas qu'on "éduque" aux questions de la perte et de la séparation.
    En tout cas, l'étude est intéressante.

  10. #10
    Inscrit
    juin 2010
    Messages
    625

    Par défaut

    Claire,
    Je pense que les médiations sont préférables pour le travail avec les enfants, car la mise en mots est plus difficile à leurs âges. Tout dépend du temps dont vous disposerez. Une ou plusieurs séances ? Durée ? Est-ce que ça peut être sur une journée (mercredi, samedi) ? Vous pouvez utiliser des masques (travail sur l'identification), le mandala (impermanence), le dessin (le collage de feuilles mortes est un classique). Je me souviens d'un groupe où la thérapeute utilisait une écharpe pour symboliser le lien à l'autre (retenir/lâcher), une peluche pour la souffrance, l'enfant la choisissait et la positionnait sur son corps, un bâton dont se saisissait celui qui voulait parler (= aide à la verbalisation de choses difficiles) - le groupe était assis en cercle. Choisissez une médiation avec laquelle vous vous sentez à l'aise, votre propre verbalisation aidera d'autant plus facilement celle des enfants.
    En relisant votre post, je m'aperçois que j'ai oublié un élément :
    Pourquoi spécifiquement le jour de l'annonce du décès ? Comme si on voulait mettre sous boisseau, pas de débordements surtout... La demande est très normative : il faut que tout continue comme avant. Mais ce ne sera plus comme avant. Il y a un petit garçon qui ne sera plus jamais là. Il faut peut-être un temps (pas trop de temps non plus...) entre l'annonce et votre séance de travail avec les enfants, pour que leur pensée et leurs affects aient le temps de se déployer avant de pouvoir s'exprimer ; ils vont en parler chez eux, entre eux et en rapporter des choses. C'est l'effet que me fait cette question de l'intervention le jour de l'annonce. Que pensez-vous, vous-même, de cette demande ?
    Dernière édition par Opale; 01/03/2014 à 01h42 Raison: ajout

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Sujets similaires

  1. Île-de-France > Poste de psychologue dans l'éducation nationale
    Par BDB75018 dans le forum Archives Offres d'emploi
    Réponses: 28
    Dernier message: 11/02/2010, 11h15

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé