Page 31 sur 31 PremièrePremière ... 21293031
Résultats de 301 à 306 sur 306

Sujet : Vous n'auriez pas un déroxat ?

  1. #301

    Par défaut

    Non, la situation ne pouvait pas durer de toutes façons

  2. #302
    Inscrit
    juin 2010
    Messages
    685

    Par défaut Ce matin sur Europe 1

    A propos de la prise en charge (psychologique) de personnes ayant vécu ou devant vivre une ablation de sein suite à un cancer...

    Et répété à plusieurs reprises :

    "De toutes façon il n'y a pas suffisamment de psychologues en France !"

    C'est possible... mais embauchons déjà ceux qui y sont ! et notamment au chômage

  3. #303
    Inscrit
    octobre 2011
    Localisation
    Mâcon
    Messages
    648

    Par défaut

    Il fallait peut-être entendre "il n'y a pas assez de (postes de) psychologue en France"... Car si je me souviens bien, il y a environ 40000 psychologues.

  4. #304
    Inscrit
    octobre 2010
    Messages
    55

    Par défaut Loi de sante et la suite ???

    Je ne vois pas en quoi le rétablissement de la dim psychologique dans la loi de santé restaure la fonction du psychologue, cela n'a rien à voir à mon sens avec la reconnaissance de la spécificité du métier de psychologue à l'hôpital. Rien ne spécifie que cet aspect psychologique et le projet doivent être menés par les psychologue eux-mêmes et au nom de quoi d'ailleurs puisque les méthodes et techniques propres aux psychologues ne sont pas protégées en termes d'exercice (bon nombre de paramédicaux utilisent les mêmes tests par ex, pas avec le même but me dira-t-on, la belle affaire!)!!! Les gens mangent aussi à l'hôpital, y-a-t-il nécessité d'établir ce fait par un projet et qui le mène (d'ailleurs cela existe et n'est pas forcément mené par des diét) ? Les patients sont nourris qu'il y ait un diététicien ou pas. L'aspect psychologique fait parti de la prise en charge globale du patient, certes. En quoi? quelqu'un peut-il répondre? cette dimension psychologique doit elle être prise en charge par des psychologues, où cela serait il indiqué dans la loi. Tout le monde sait très bien que des personnels, infirmiers, amp, AS, psychiatre, médecin sont formés à la psychologie des personnes, à l'entretien de relation d'aide, que les secteurs de psychiatrie sont sollicités dans les institutions médico sociale à toute fins de prise en charge et tout le monde sait très bien que les techniques de relations d'aides (au d'autres visant la prise en charge de la personne d'un point de vue psychologique) sont tout autant utilisées que les médic. Les formations à des techniques thérapeutiques ne sont pas non plus l'apanage des psychologues et reposent aussi sur les théories psychologiques humanistes que les psychologues utilisent.
    Cet aspect bénéficiera à qui finalement ? Je ne crois pas que cela s'adresse en direct aux psychologues, non, cela concerne, comme c'est écrit la prise en charge de la dim psychologique, point. D'ailleurs les autres textes en cours défendus par Robillard ont bien été refoulés, non?. Miroir aux alouettes, à mon sens en tout cas. Le champ médical s'accaparera le bout de gras au détriment des psychologues, comme ils l'ont tjs fait à l'égard des métiers pour lesquels ils revendiquaient un aspect médical, c'est l'histoire de la médecine qui le dit, pas moi. Un psychiatre avec lequel je discutais récemment m'expliquai gentiment que dans le cmp où il travaille, il élabore les projet de vie en équipe avec les infirmiers de son équipe. Quid du psychologue, non? Et d'ailleurs, il n'y a rien qui oblige à travailler un projet de vie avec le psychologue, non? Les assistantes sociales, idem, non?, formées en relation d'aide, non? et à d'autres approches? Voilà, un peu en rage, peut-être...de mettre en œuvre un champ spécifique, non "bouffable" par les paramédicaux et les sociaux. Et plus le métier de psychologue se dispersera dans des techniques (utiles certes mais qui démantèlent l'identité du psychologue parce qu'elle ne s'y réfèrent pas, à ce métier, à cette pratique en tant que pratique du psychologue) plus ce métier se dispersera dans des champs différents d'approches, le métier et ses pratiques seront dès lors consommables par d'autres branches, cela me parait évident. A ne pas vouloir identifier nos propres champs d'action, nos propres pratiques, nous perdons l'identité d'une profession...c'est mon avis. Et le sens pratique! Comment peut-on s'imaginer une minute, que parce que la loi réinscrit la dim psychologique dans la loi de santé cela signifierait la reconnaissance ou la légitimation du psychologue à l'hôp!!!! Cela fait des décennies que les psychologues y oeuvrent, j'ai le sentiment qu'on se sort nous même de l'hôp ce faisant, à revendiquer au lieu de défendre un périmètre d'action et d'imposer légalement, je parle, le respect des pratiques. (une fois, une collègue entre dans mon bureau et m'explique qu'elle a "dû", "faire le psychologue", en sortant du bureau, elle se prend le mur! fou rire des 2, et je lui dit, "ben voilà, c'est ça quand on se prend pour un psychologue, on se prend un mur") Hormis l'anecdote, j'en ai perso marre de me prendre des murs en me heurtant là où il ne devrait pas y avoir d'ambiguité sur nos fonctions et nos pratiques. Ca pèse...

  5. #305
    Inscrit
    juin 2013
    Messages
    723

    Par défaut

    Citation Envoyé par manix57 Voir le message
    Je ne vois pas en quoi le rétablissement de la dim psychologique dans la loi de santé restaure la fonction du psychologue, cela n'a rien à voir à mon sens avec la reconnaissance de la spécificité du métier de psychologue à l'hôpital. Rien ne spécifie que cet aspect psychologique et le projet doivent être menés par les psychologue eux-mêmes et au nom de quoi d'ailleurs puisque les méthodes et techniques propres aux psychologues ne sont pas protégées en termes d'exercice (bon nombre de paramédicaux utilisent les mêmes tests par ex, pas avec le même but me dira-t-on, la belle affaire!)!!! Les gens mangent aussi à l'hôpital, y-a-t-il nécessité d'établir ce fait par un projet et qui le mène (d'ailleurs cela existe et n'est pas forcément mené par des diét) ? Les patients sont nourris qu'il y ait un diététicien ou pas. L'aspect psychologique fait parti de la prise en charge globale du patient, certes. En quoi? quelqu'un peut-il répondre? cette dimension psychologique doit elle être prise en charge par des psychologues, où cela serait il indiqué dans la loi. Tout le monde sait très bien que des personnels, infirmiers, amp, AS, psychiatre, médecin sont formés à la psychologie des personnes, à l'entretien de relation d'aide, que les secteurs de psychiatrie sont sollicités dans les institutions médico sociale à toute fins de prise en charge et tout le monde sait très bien que les techniques de relations d'aides (au d'autres visant la prise en charge de la personne d'un point de vue psychologique) sont tout autant utilisées que les médic. Les formations à des techniques thérapeutiques ne sont pas non plus l'apanage des psychologues et reposent aussi sur les théories psychologiques humanistes que les psychologues utilisent.
    Cet aspect bénéficiera à qui finalement ? Je ne crois pas que cela s'adresse en direct aux psychologues, non, cela concerne, comme c'est écrit la prise en charge de la dim psychologique, point. D'ailleurs les autres textes en cours défendus par Robillard ont bien été refoulés, non?. Miroir aux alouettes, à mon sens en tout cas. Le champ médical s'accaparera le bout de gras au détriment des psychologues, comme ils l'ont tjs fait à l'égard des métiers pour lesquels ils revendiquaient un aspect médical, c'est l'histoire de la médecine qui le dit, pas moi. Un psychiatre avec lequel je discutais récemment m'expliquai gentiment que dans le cmp où il travaille, il élabore les projet de vie en équipe avec les infirmiers de son équipe. Quid du psychologue, non? Et d'ailleurs, il n'y a rien qui oblige à travailler un projet de vie avec le psychologue, non? Les assistantes sociales, idem, non?, formées en relation d'aide, non? et à d'autres approches? Voilà, un peu en rage, peut-être...de mettre en œuvre un champ spécifique, non "bouffable" par les paramédicaux et les sociaux. Et plus le métier de psychologue se dispersera dans des techniques (utiles certes mais qui démantèlent l'identité du psychologue parce qu'elle ne s'y réfèrent pas, à ce métier, à cette pratique en tant que pratique du psychologue) plus ce métier se dispersera dans des champs différents d'approches, le métier et ses pratiques seront dès lors consommables par d'autres branches, cela me parait évident. A ne pas vouloir identifier nos propres champs d'action, nos propres pratiques, nous perdons l'identité d'une profession...c'est mon avis. Et le sens pratique! Comment peut-on s'imaginer une minute, que parce que la loi réinscrit la dim psychologique dans la loi de santé cela signifierait la reconnaissance ou la légitimation du psychologue à l'hôp!!!! Cela fait des décennies que les psychologues y oeuvrent, j'ai le sentiment qu'on se sort nous même de l'hôp ce faisant, à revendiquer au lieu de défendre un périmètre d'action et d'imposer légalement, je parle, le respect des pratiques. (une fois, une collègue entre dans mon bureau et m'explique qu'elle a "dû", "faire le psychologue", en sortant du bureau, elle se prend le mur! fou rire des 2, et je lui dit, "ben voilà, c'est ça quand on se prend pour un psychologue, on se prend un mur") Hormis l'anecdote, j'en ai perso marre de me prendre des murs en me heurtant là où il ne devrait pas y avoir d'ambiguité sur nos fonctions et nos pratiques. Ca pèse...
    Oui, et ça les psychologues y contribuent en ne prenant plus en compte la réalité psychique des patients et en jouant aux coachs, orthophonistes et éducateurs...

    Ils y contribuent en ne se formant pas. En se disant, analyste en ayant fait quelques mois de divan ou TCC parce qu'ils repèrent des dyspraxies et des HPI.

    Je suis faché contre les psychologues qui n'utilisent pas le temps FIR pour se former, faché également que l'on tape sans arrêt sur la pratique des autres sans remettre en question la sienne, faché aussi contre les universités qui proposent des formations bien légères.

    Et blablabla
    Pour tirer un lapin du chapeau, il faut d'abord l'y avoir mis.

  6. #306
    Inscrit
    octobre 2010
    Messages
    57

    Lightbulb

    La réinscription de la dimension psychologique dans la loi ne protège pas notre exercice, vous avez raison, mais il ne faut pas considérer isolément cette décision.

    C'est un ensemble. Cette réinscription va de paire avec un autre amendement qui prévoit qu'un "projet psychologique" figurera dans le projet d'établissement, comme il y a un projet médical, un projet social, infirmier.

    Et pour qu'un "projet psychologique" puisse être inscrit dans un projet d'établissement, cela ne pourra être porté que par un "corps professionnel" organisé.

    Pour ce faire, un décret sera publié au terme (fin mars 2016) des expérimentations institutionnelles en cours depuis fin 2012 dans une centaine d'établissements, qui imposera un mode d'organisation des psychologues , "collégial" ou en "service avec N+1" (psychologue ou non psychologue).

    Tout cela se tient, et cette réinscription de la dimension psychologique a donc d'autres tenant et aboutissants.

Page 31 sur 31 PremièrePremière ... 21293031

Sujets similaires

  1. Comment répondre à " pourquoi votre ancien employeur ne vous reprend pas?"
    Par guillemette09 dans le forum Conseils, échanges sur la recherche d’emploi
    Réponses: 8
    Dernier message: 23/11/2011, 23h47
  2. «Vous ne souffrez pas, vous venez de rencontrer un risque psychosocial»
    Par Paul- dans le forum Annonces : Colloques, livres, sites...
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/05/2008, 09h41
  3. auriez vous des pistes....???
    Par psygeronto dans le forum Psychologue à la recherche d’un emploi
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/04/2008, 13h39

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé