PDA

Afficher la version complète : Proposition de convention interétablissement pour groupe de parole en EHPAD



Clefdeschamps
08/10/2007, 19h58
Bonsoir,
je travaille dans une maison de retraite privée dans laquelle le personnel soignant a besoin d’un soutien psychologique, compte tenu de l'état de dépendance physique et surtout psychique de la population accueillie, du grand nombre de décès en établissement et d’autres problématiques que je ne peux développer ici. Néanmoins, faisant partie de l’équipe, il me paraît difficile de proposer un groupe de parole ou un groupe d’examen de la pratique aux équipes soignantes. L’idée de signer une convention avec un autre EHPAD offre de faire un « échange de psychologue » dans cette démarche de groupe de parole pour permettre de partager un vécu commun et souvent lourd, mais aussi de permettre aux personnel de réfléchir à leur pratique quotidienne. Qu’en pensez-vous ?
Si vous êtes intéressés, merci de m’envoyer un message par MP sur ce site ou par mail.
Cordialement,

galathee1981
21/10/2007, 20h44
Bonsoir,

Pensez-vous que vous pourrez avoir la neutralité, le recul indispensable pour animer un groupe d'analyses des pratiques?
Il me semble que vous avez un poste très intéressant mais très éprouvant comme vous nous l'avez laissé entendre !
Par contre, même si vous échangez avec un autre psychologue afin d'animer respectivement le groupe de l'autre; vous serez tout de même confrontée aux mêmes problèmes et situations que dans votre établissement.
Ne pensez vous pas avoir besoin vous aussi, peut etre, de participer à ces groupes ?

Cordialement

Clefdeschamps
22/10/2007, 20h30
bonjour Galathee1981,
je ne comprends pas bien où vous voulez en venir quand vous dites "vous serez tout de même confrontée aux mêmes problèmes et situations que dans votre établissement" : d'une part, je ne crois pas qu'il s'agisse d'une fuite de ma part de proposer qu'un autre psychologue intervienne dans la structure et d'autre part parce que le groupe de parole aux soignants ne vient pas pallier (dans le sens camoufler pour atténuer) les problèmes institutionnels mais ouvrir la voie d’une issue positive à la souffrance des soignants confrontés à des situations qui les éprouvent, s'investir sans s'épuiser et en rebond, peut-être, faciliter la régulation du fonctionnement interne de l'institution.
Par ailleurs, entre mon analyse, la supervision individuelle et la probable participation prochaine à un groupe Balint (bref j'ai un espace ailleurs pour déposer et élaborer), j'avoue que non, je n'ai pas songé à participer à ce groupe !
bien cordialement,

galathee1981
22/10/2007, 21h34
Bonsoir,

je pense que vous avez du mal comprendre ou je me suis mal exprimée ! je sais que l'analyse des pratiques est plus qu'utile et permet aux travailleurs de soulager et déposer voire résoudre certaines difficultés, notamment celles au travail !

Je me disais simplement que mener l'analyse des pratiques d'un autre groupe, mais qui ont pratiquement les memes patients seraient difficiles car vous n'aurez pas assez de distance!

C'est mon opinion et si j'étais confrontée à ce genre de situation, je ne pense pas que j'accepterais de mener l'analyse de ce groupe.

Bonne soirée
J'espère que j'ai pu mieux me faire comprendre

Clefdeschamps
07/11/2007, 22h54
Tout d'abord, merci Galathée1981 de votre réponse - que je viens seulement de lire.
Il est probable en effet de rencontrer de semblables problématiques d'un établissement à l'autre mais la (juste)distance découle, je pense, du cadre lui-même : en intervenante extérieure, extérieure à l'histoire de l'institution, ..