PDA

Afficher la version complète : FFPP Aquitaine : un nouveau groupe à Bordeaux créé le 15/04/2005



almoriel
16/05/2005, 06h01
Une quarantaine de personnes se sont retrouvées dans le superbe amphithéâtre Gentrac de l’Université Victor Segalen pour la première réunion de la FFPP du groupe de Bordeaux de la région Aquitaine ce vendredi 15 avril 2005.
Roger Lécuyer, président de la FFPP a présenté la FFPP et a insisté dans son exposé introductif sur la démarche en cours pour constituer les régions de la FFPP. 13 régions sont d’ors et déjà constituées.
L’Aquitaine en est une des plus anciennes avec le groupe des Pyrénées Atlantiques, essentiellement constitué des membres du SNP 64 et de l’ex-ARPP (Association Régionale des Psychologues des Pays de l’Adour). Il était donc nécessaire de créer une véritable région car l’Aquitaine ne saurait décemment se réduire au sud de l’Adour. Il est indispensable d’y associer le pôle universitaire de formation des psychologues qu’est Bordeaux. car la constitution en région répond à la volonté pour la FFPP d’associer pratique et formation, la profession de psychologue ne pouvant dissocier recherche théorique et questionnement au niveau des pratiques professionnelles.
La loi de 1985 sur la protection du titre de psychologue fête cette année ses 20 ans. Cette réglementation, fruit du travail des organisations de psychologues, notamment au sein de l’ANOP (Association Nationale des Organisations de Psychologues) dont la FFPP revendique la filiation, a permis la reconnaissance d’une profession, quels que soient les domaines d’intervention et de cadre théorique de chacun : celle de psychologue. De nombreux chantiers attendent la FFPP :
• L’article 52 sur le titre de psychothérapeute
• Le plan santé mentale, la place du psychologue dans le dispositif de soin, son rôle dans les dispositifs de prévention.
• La nomenclature des tests.
• Le débat à propos d’un conventionnement des psychologues dans le système de santé.
• La formation universitaire et sélection à l’entrée en Master 1 dans le dispositif LMD.
• La mise en place du diplôme européen de psychologie en 6 ans (6ème année de stage).

Le débat dans la salle a été fort riche.
Une question, dès le début a mis en évidence la question des domaines de compétences de chaque organisation adhérente à la FFPP (syndical, recherche,…) : celle d’une participante qui souhaitait des informations très précises sur les grilles indiciaires salariales des psychologues, informations impossibles à obtenir de la part du principal syndicat de psychologues toujours, selon elle, sur répondeur.
Cette question a permis d’éclairer le débat sur la délégation de compétences : déléguer des compétences, pour une organisation, ici le Syndicat national des psychologues, ce n’est pas abandonner ses prérogatives, notamment celle de la défense professionnelle et catégorielle des psychologues, mais peut être se recentrer sur celles-ci afin de développer et de mettre sa compétence au service de l’efficacité de tous en permettant que la profession puisse peser auprès des pouvoirs publics en parlant d’une seule voix.
Un débat sur le conventionnement possible des psychologues dans le système de santé comme « personnel de santé non médical, non prescrit » a permis de prendre la mesure de l’intérêt d’une telle mesure pour les jeunes psychologues désireux de s’installer en libéral…même s’ils savent que la définition du psychologue comme personnel de santé ne fait pas consensus dans la profession.
La formation universitaire et l’accueil des étudiants sur les lieux de stage a été l’occasion de relancer un débat sur les orientations théoriques de l’Université, notamment en psychologie clinique. Quand un des participants, psychologue maître de stage fait état de son refus d’accueillir des étudiants en maîtrise (Master 1) en raison de son désaccord avec certaines orientations théoriques (désaccord qui pourrait avoir pour sanction directe de pénaliser le stagiaire à l’entrée du DESS ou Master 2), il met aussi en évidence, au-delà des divergences entre partisans de l’approche « psycho dynamique » et de l’approche « comportementaliste » une réelle difficulté, voire une incompatibilité quelques fois, de les mettre en pratique sur certains lieux de stage. La non prise en compte, autrement que de manière anecdotique, alors que les stages validés par un professionnel sont obligatoires dans le cursus, des praticiens dans le dispositif de formation des psychologues pèse ainsi lourdement.
La FFPP en faisant référence à un récent communiqué FFPP/AEPU a rappelé son devoir de neutralité quant aux positions théoriques en cours à l’université en référence au code de déontologie des psychologues.

La FFPP édite un journal mensuel FEDERER, disponible par téléchargement sur le site www.ffpp.net. Le site de la FFPP invite les psychologues à échanger sur leurs pratiques, leurs initiatives dans les régions.
La FFPP a besoin d’adhérents, il est indispensable que chacun adhère en payant sa cotisation, sans cela, elle ne peut fonctionner.
Deux façons d’adhérer : par l’intermédiaire
• d’une organisation nationale (SNP, AEPU…),
• d’une organisation régionale adhérente à la

Un bureau a été mis en place, il est actuellement composé de Olivier Moyano, Marie-Line Renard, Jack Doron, Marie-Pierre Martin, Bénédicte Mendiboure, Ludovic Lefebvre, Florence Le Brozec.
Il viendra étoffer le Bureau FFPP Aquitaine jusqu’alors constitué exclusivement du Groupe de Pau (Françoise Bissey présidente, Véronique Surun, trésorière, Magali Mendiondo, secrétaire, Aline Morize-Rielland ) : bureau-aquitaine@ffpp.net
.