PDA

Afficher la version complète : Publier sans périr La psychologie dans ses publications



Brigitte Guinot
03/01/2010, 23h53
Le vendredi 22 janvier 2010 de 9h45 à 17h une journée de réflexion et d'action est organisée à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense Amphi A 3

La Recherche et les Publications :
publier et ne pas périr

A l’invitation de la FFPP/AEPU (voir : Fédérer, n°43, janvier 2009 et n°44, février 2009), 52 revues (à la date du 23 décembre 2009) ont initié une démarche et une action qui visent le soutien et la reconnaissance de la qualité scientifique des revues de psychologie de langue française. Elles sont signataires du texte qui suit.
[actualisation de la liste des revues signataires sur le site de la FFPP
http://www.psychologues-psychologie.net/forum/forumdisplay.php?f=64]
Par l’écho qui l’a accueillie dans la communauté, cette initiative s’est avérée exprimer les inquiétudes assez largement partagées et suscitées par le modèle évaluatif des supports de publication préconisé par l’AERES.
La FFPP/AEPU et les revues engagées ont décidé d’une journée de réflexion et d’action le 22 janvier prochain, à laquelle sont invités : des représentants institutionnels de l’évaluation, des collègues contribuant à une analyse critique de l’évaluation bibliométrique, des représentants et des acteurs de la production scientifique.
Cette journée se déroule en deux temps : la matinée doit permettre une présentation des points de vue des partenaires invités ; l’après-midi vise à structurer une démarche d’action ayant pour objectif la reconnaissance pérenne des acteurs de la production et de la diffusion scientifiques et à poser les bases d’une élaboration de critères d’évaluation de la qualité scientifique des supports de publication.
consulter l'intégralité de l'argumentaire et le programme de la journée en téléchargeant le document en PDF

barbapsy
14/04/2010, 21h05
Bonjour,

Je m'étonne du peu de réaction sur ce post.
En effet, même sans être dans la recherche (ce qui est certes mon cas en parallèle de mon activité de clinicienne...), il s'agit de prendre conscience de l'implication de ces impératifs. Il en va de la formation et de la pratique même des psychologues de terrain !!
En effet, les critères de l'AENES tendent malheureusement à privilégier une approche anglo-saxonne en tant que les revues anglophones bénéficient d'un meilleur classement, ce qui pousse les chercheurs à se conformer à ce courant de pensée (plutôt comportementaliste... je ne dis pas que c'est le mal incarné loin s'en faut mais c'est très restrictif). Vous comprendrez que ce point de vue écarte l'approche psychanalytique dont nous sommes encore à l'heure actuelle majoritairement les héritiers en France. Ceci conduit également à une moindre lisibilité des revues francophones qui risquent alors tout bonnement de disparaitre alors que les travaux publiés sont d'une qualité et d'une utilité indéniable pour la pratique et l'ouverture d'esprit.
Voilà qui je l'espère incite à réfléchir...

Maite
15/04/2010, 08h03
Lorsque je travaillais en hôpital général et que je voulais écrire un article supposé par mes collégues médecins et chirurgiens comme étant scientifique, toute l'attention (la tension ;-)) portait sur l'écriture et l'illustration de ce qui était dit par un questionnaire qui était censé rendre objectif le vécu de patients.

Il y a de plus en plus de questionnaires sur la qualité de vie de patients.

Je me pose donc la question si ce n'est pas le type d'écriture et la trduction des phénomènes observés qui serait mise en cause.


Je me souviens d'une collègue d'orientation psychanalytique qui avait "réussi" à trouvé de subventions pour sa thèse et à écrire plusieurs articles sur l'adolescent et l'observance au traitement au diabète parce qu'elle avait construit un questionnaire fort intéressant.

Au départ de ces nouvelles contraintes - qui sont arrivées peut-être avec le système LMD _ il y a eu un renouveau dans la recherche en psychopathologie. Aujourd'hui cette quête de scientificité semble aller de pair avec une nécessité des résultats, de la productivité et de l'utilité de la recherche.
Le documentaire "un monde sans fou?" illustre bien cette actualité inquiétante, non?

barbapsy
15/04/2010, 17h54
Je te rejoints tout à fait !!
Alors que la recherche m'a appris que ce sont souvent les résultats les plus inattendus, qui ne répondent pas aux hypothèses, qui sont les plus passionnants. A l'heure actuelle, j'ai souvent l'impression (peut-être est-ce partagé ?) que rien qu'en lisant le titre d'un article on connaît déjà la réponse, comme s'il n'y avait plus de place pour la découverte, la surprise... mais seulement le contrôle et l'évaluation.
Pour citer Ferenczi, rappelons nous que "d'une part, le nombre des observations ne peut compenser leur manque de profondeur, d'autre part c'est un fait bien connu que les chiffres se plient volontiers aux intentions de l'auteur".
Ce qui est "drôle", c'est que les pays anglo-saxons sont en train d'en revenir du tout statistique... nous voilà reparti pour des années des retards...

Maite
15/04/2010, 20h45
Salut Barbapsy,

J'ai découvert aujourd'hui un ouvrage intéressant qui touche cette thématique. C'est Gori et Del Vogo qui l'ont écrit, le titre : "les exilés de l'intimes".

Je commence la lecture aujourd'hui.

Bien à vous

barbapsy
15/04/2010, 20h59
Intéressant, tu me diras ce qu'ils en disent !!
A bientôt

ValerieM
16/11/2010, 16h09
Et oui MAITE, je suis d'accord avec toi, le documentaire "Un monde sans fou" illustre bien dans quelle société nous sommes aujourdhui: la politique est a l'economie et aux resultats, ce qui compte c'est de trouver une cause, une origine, un remede SCIENTIFIQUE et que tout cela vienne boucher le manque qui est au fondement de l'humanité. La société d'aujourdhui ne supporte plus le risque, l'inconnu, il faut a tout prix qu'il soit eradiqué et bouché par des methodes standardisées et "scientifiquement prouvées"...la dimension de l'humanité, de la rencontre, de la surprise est en danger tout est objectivé et objectalisé..

hasta
28/10/2011, 22h27
Un lien en date d'aujourd'hui pour regarder "un monde sans fou" en streaming
http://t.frmovies.net/result.php?type=3&id=QND4MCV1

kaiyara
05/07/2013, 11h28
Bonjour Alison,
Je suis Florent secrétaire de l'association xxxxxsupprimé par la modération xxxx sise en Afrique plus précisément au Togo.
Nous œuvrons aux cotés des enfants défavorisés et démunis pour leurs épanouissement,ce qui n’empêche pas d'organiser des stages pour les étudiants en psycho et autres.
J'ai lu votre annonce sur le site et j'aimerai vous proposez nos services..
Mais pour faciliter les choses je t'invites a faire un tour sur notre site il y a tout les informations nécessaires là.
Merci
Cordialement
Florent