PDA

Afficher la version complète : Quelle justice pour les mineurs ? Entre enfance menacée et adolescence menaçante (44)



gppsy
21/11/2009, 19h05
Séminaire "Droit et changement social" Philip Milburn autour de son ouvrage "Quelle justice pour les mineurs ? Entre enfance menacée et adolescence menaçante"

7 décembre 2009 à 14 heures


UFR DROIT Salle du Conseil, 3ème étage, Bât. B, porte 358

Chemin de la Censive du Tertre Nantes Plan d'accès (http://www.msh.univ-nantes.fr/images/photos/0003/img_1255606394359.jpg)



Le conférencier :
Philip Milburn, professeur à l'université de Versailles Saint-Quentin.


Résumé :
La « délinquance des jeunes » ne cesse d'être une préoccupation de la société contemporaine. Elle est devenue aujourd'hui un objet majeur des politiques de sécurité publique, et le système de réponse pénale pour les mineurs fait l'objet de réformes à chaque nouvelle législature, afin d'en finir avec la prétendue complaisance de l'Ordonnance du 2 février 1945 qui serait inadaptée aujourd'hui et laisserait les mineurs dans l'impunité. Pourtant le système français de justice des mineurs est beaucoup plus sévère qu'on pourrait le penser, et sa dimension répressive n'a cessé de s'accentuer, au point de dégager une double figure de la jeunesse irrégulière : celle d'un enfant menacé par la malveillance des adultes et celle d'un adolescent menaçant l'ordre social.

Longtemps considérée comme un laboratoire pour l'expérimentation de formes nouvelles de traitement de la criminalité, la justice des mineurs a développé des conceptions spécifiques en la matière. C'est à ces conceptions destinées à remettre dans le « droit chemin » une jeunesse égarée dans des comportements déviants que le livre s'intéresse. Sans insister sur la dimension juridique ni sur une interprétation des causes de ces déviances, il examine les logiques d'intervention qui ont animé l'ensemble des acteurs professionnels dans le domaine : magistrats, travailleurs sociaux, psychologues...

Trois périodes se dessinent : celle de la correction disciplinaire, celle du paternalisme clinique et celle de la responsabilisation personnelle. Autant d'approches initiées par des réflexions théoriques et expérimentales, qui recèlent des modèles éducatifs et pédagogiques alternatifs à la répression pure. L'ouvrage entreprend de la sorte de réaliser, dans un style très abordable, une sociologie de l'action publique permettant au lecteur praticien, enseignant ou simplement intéressé par ces questions, de mieux saisir les enjeux sous-jacents aux évolutions actuelles de la justice des mineurs, dans un contexte international.



Source : Maison des Sciences de l'Homme (http://www.msh.univ-nantes.fr/96059497/0/fiche___actualite/&RH=1159881507160) Univ. Nantes